THE jour J !

Suite de l’aventure :

Nous arrivons à la maternité à 3h du matin. Nous avons roulé tout doucement, les contractions assise ne sont vraiment pas faciles à gérer.

Tout le long de la route je me dis que je ne veux pas retourner à la maison. Ok maintenant, je sais que les contractions de ce matin c’était des bébés contractions par rapport à celles que j’ai maintenant. Il faut que mon col ai bougé, il le faut !

On nous installe donc dans une chambre et op, comme quelques heures plus tôt, monitoring !

IMG_20130314_094300On peut remarquer que la courbe de mes contractions monte bien plus haut, c’est sur le travail débute ! Vivement la mesure du col !

3h45… dilatée à 2 ! Pffff ridicule, ça fait 21h que j’ai des contractions et je ne suis dilatée qu’à 2? Suis-je une chochotte qui ne supporte pas des bébés contractions? Vais-je avoir un accouchement en 72h? Mon col va-t-il avancer? Comment je vais gérer sans péridurale (j’aurais bien aimé savoir si j’étais capable d’accoucher sans)?

Je me décide donc à prendre un bain, j’ai de la chance, il y a une baignoire dans cette chambre ! ouf.

Je fais plus de 1h de bain, j’arrive même à m’endormir entre 2 contractions, je ne pensais pas pouvoir m’assoupir en moins de 6minutes ! Il est maintenant 5h30 du matin, je commence vraiment à douter de ma capacité à accoucher. Maxime commence à fatiguer aussi, nous avons peur de devoir rentrer encore une nouvelle fois à la maison !

6h30 du matin, j’ai perdu le bouchon muqueux, génial ! ça avance !

Bon j’avais lu que nous pouvions perdre le bouchon sans pour autant que l’accouchement soit proche mais au point où j’en étais, j’étais super contente de voir ce petit changement. J’ai le droit à un nouvel examen et là, c’est encore et toujours le drame : 2,5 !

Je n’ai pris que 0,5 en plus en 3h, je vais mourir. Maintenant, je n’ai plus peur de gérer les contractions, j’ai tenu 24h, je peux tenir encore, mais la fatigue???? Je suis épuisée, je n’arriverais jamais à pousser dans quelques heures !

Je m’étonne de ne pas pleurer ou me plaindre. Je dois savoir que ça ne servira à rien !

A 7h je crève la dalle, je n’ai rien mangé depuis hier soir, j’ai soif, j’ai mal, j’ai faim, j’en ai marre ! Je ne sais pas combien d’heure je vais devoir encore souffrir, c’est le plus dur. On ne peut pas commencer à faire un décompte dans sa tête, un décompte qui pourrait nous aider à nous dire, allez, dans 8h je vois mon bébé…. Non, nous n’avons rien ! Par contre je suis certaine de vouloir la péridurale maintenant ! Tanpis, je ne saurais pas ce que fait un accouchement sans, je veux au moins avoir la force de pousser. Je ne doserais pas trop et puis j’arriverais bien à sentir mon bébé passer.

La priorité du moment est vraiment de dormir ! même 30minutes, il faut se reposer c’est inhumain tout ça !

IMG_20130314_052822A 8h je me décide pour un nouveau bain car les essais de ballon et de lit ne fonctionnent vraiment plus. Les contractions atteignent des pics records et c’est de plus en plus proche.

A 10h on vient m’examiner, je prie pour être dilatée à 3 pour avoir le droit à cette sacrée péridurale !

Le monde s’effondre quand on me dit que je suis toujours à 2,5. Même Maxime prend sa tête dans ses mains ! On m’annonce quand même une super nouvelle : Je vais avoir le droit à un verre de jus d’orange et un yaourt ! MON DIEU, j’en rêve !

J’atteins le 7ème ciel (merci fifi pour l’expression, c’est exactement ça!) grâce à mes quelques gorgées de jus d’orange !

A 10h, je retrouve une étudiante sage femme qui avait participé au cours de préparation à l’accouchement. Elle me dit que je gère bien les contractions ! je suis contente du compliment mais franchement au bout de 26h c’est pas que je m’en fou un peu, mais un peu quand même ! On m’annonce qu’on va me poser la péridurale à 12h même si je suis toujours à 2,5 ! OUF c’est un soulagement même si dans ma tête je me dis que je ne tiendrais pas 2h de plus.

Un peu avant 11h on nous dit que nous pouvons aller marcher un peu, ça peut aider le travail. Nous nous exécutons mais je n’arrive pas à marcher plus de 20 minutes. Les contractions sont beaucoup trop dur à gérer dehors, sur un parking, avec des gens autour de nous, c’est nul, je ne veux pas faire ça comme ça, on retourne dans la chambre.

11h50 on m’installe encore un monitoring, je me dis qu’ils abusent, je devais avoir la péri à 12h, pour eux c’est peut-être rien mais me lancer 30min de monito à 10min de l’heure de soulagement que je m’étais mise dans la tête, ce n’est vraiment pas sympa !

A 12h20 je commence à avoir envie d’insulter les gens qui ne viennent pas me faire ce p***** d’examen !

A 12h40, je suis ENFIN dans la salle d’accouchement, on va me poser la péridurale ! Je suis dilatée à 3 ça fait 29h que je souffre, j’ai envie d’embrasser l’anesthésiste quand je le vois rentrer dans la pièce !

branchements

Maxime rentre chez nous pour manger, se reposer et doit revenir vers 16h à peu près quand les choses auront bougées.

13h15, je retrouve la Milène que je connais, la cool et gentille pour qui tout va bien ! JE N’AI PLUS MAL !

Je commence une première sieste de 20min, je me rend compte de la chance que j’ai d’avoir le droit à la péridurale !

A 15h j’ai fini ma deuxième sieste de 20 minutes. On me fait un nouvel examen à 15h30, je suis à 4 ! Cool la péri n’a pas ralenti le travail, au contraire, c’est plus rapide depuis que je l’ai, super !

15h30, Maxime repart de chez nous.

16h, on m’injecte un produit pour booster un peu les contractions. 16h15, 3 personnes viennent en courant dans la pièce, je n’ai pas fait attention aux battements de cœur de mon bébé que j’entends depuis de longues heures maintenant. Il ralenti, on vient me mettre sous oxygène, me poser une sonde urinaire…. on me prépare à une césarienne en urgence. Aie, aie, aie, j’ai un peu peur.

salle-accouchement

Notre bébé montre qu’il est fort en reprenant le dessus, j’appelle Maxime pour qu’il arrive directement à la mater, on oublie les quelques courses que je lui ai demandées de faire, on peut me faire une césa dans très peu de temps, je veux qu’il soit là…

Il arrive quelques minutes plus tard, il est jaune/blanc/vert, je crois que lui aussi a eu une belle frayeur. Je suis toujours sous oxygène, bébé va super bien et on a arrêté le vilain produit.

16h40 on me perce la poche des eaux, je suis dilatée à 5 !

occupation-max

Pour le moment je m’injecte la dose minimum obligatoire de péridurale, une dose par heure et c’est le paradis, je sens quelques contractions mais rien de bien violent par rapport aux heures précédentes. J’ai le droit à un effet indésirable de la péridurale : les grattements !

Mon corps me gratte un peu partout, je demande à Maxime de me gratter le dos et je ne sens quasiment rien, je lui demande de faire plus fort mais il me dit qu’il gratte déjà fort ! hihi, mon corps est tout endormi ! c’est une sensation étrange.

17h20, on vient chercher les petits vêtements que notre fils portera pour son arrivée sur Terre ! Je suis super pressée, ça devient concret ! youououh !

17h50, nouvel examen, je suis presque dilatée à 6 ! On commence à compter les heures en fonction du rythme de la journée, on pense que tout sera fini entre 22h et minuit. Je peux commencer le décompte dans ma tête !

18h50, dilatation 6,5, ça c’est un peu ralenti, les sages femmes se décident pour remettre le méchant produit pour booster tout ça. On va bien surveiller le rythme et ça devrait le faire…

Sauf que là, finalement, tout bascule ! Notre loulou fait un pic vers le bas, son cœur ralenti, ralenti, ralenti, on entend grâce au monito… on vient me mettre sous oxygène, le cœur ne remonte pas. Je regarde Maxime, il me regarde, debout, on ne parle pas mais on voit bien que l’accouchement prend une autre tournure. J’essaye de lui lancer des regards voulant dire : ne t’en fais pas, ça va aller, on s’en fou de la césarienne, c’est pour notre fils tout ça, ne panique pas.

Beaucoup de monde arrive d’un coup dans la pièce et je revois le chirurgien qui était passé dans l’après-midi. Je m’étais dit, celui là, si je le revois…. ça sera une césarienne ma cocotte, prépare toi.

Nous étions 3 ou 4 dans la pièce, nous passons à 10, 12, 15…. tout le monde fait quelque chose, on me dit :  « bon bah ça va finir en césarienne madame ». Je réponds un : « pas de problème » rassurée, mais au fond, j’en menais pas large.

On me débranche, je demande si Maxime peut assister, on me dit que oui. On traverse de nombreux couloirs, je vois des gens courir, parler, s’organiser mais je vois surtout cette sage femme qui cours près du lit en essayant de trouver le cœur de mon bout de chou avec son doppler.

Je cherche le papa du regard, je le vois suivre au départ puis plus rien, j’espère qu’il ne s’est pas perdu. Dans ce moment là, je ne veux pas qu’il soit avec moi pour ME rassurer, je veux qu’il soit là pour que moi je vois que tout va bien pour lui. Je ne m’inquiète pas du tout de mon sort, l’équipe médicale est là, elle connait son boulot, mais mon homme, je ne veux pas qu’il s’inquiète.

J’arrive dans une pièce il y a des hommes en vert. La pièce est grande mais on me cache vite tout ça avec des draps qu’on tend devant moi. On arrache ma chemise, sur le coup ça ne me fait pas marrer, mais en y repensant, c’était comique de voir deux hommes arracher ma blouse médicale !

A partir du moment ou je suis allongée sur ce lit avec les bras écartés et attachés, je tremble. Mais je tremble ÉNORMÉMENT, je n’ai jamais vu mon corps comme ça. J’ai envie de vomir, je claque des dents et mes bras font des bonds de plusieurs centimètres tellement je tremble.

Je cherche toujours mon homme du regard.

Des gens viennent me caresser les cheveux, me demander comment ça va. Mais personne ne me dit rien sur mon bébé. Je peux juste me fier aux regards de tout ces gens et surtout à celui de ma sage femme. Elle est en face moi, de l’autre côté du drap, je ne vois que son visage et surtout ses yeux…. Elle cherche toujours le cœur de mon bébé et monte les yeux au ciel ! Mon dieu, c’est vraiment flippant. Je me dit en boucle qu’il n’y a plus de cœur, que mon bébé ne va pas vivre, j’ai vraiment peur.

Après de longues minutes (qui à mon avis on été de courtes secondes) la sage femme vient me voir en me disant qu’elle a retrouvé le cœur, qu’il remonte la pente mais qu’il vaut mieux le sortir au plus vite. Oui madame, d’accord, je vous fait confiance.

Je cherche toujours le papa des yeux et il n’est pas là. Je demande à un monsieur il me répond que c’est le bébé et moi le plus important, le papa ne va pas tarder. Je ne savais pas que Maxime était abandonné dans le vestiaire, finalement il n’avait pas le droit d’assister à la césarienne, sauf que moi je pensais qu’il avait le droit donc je n’attendais que lui !

Lui se sentait un peu seul pendant ces longues minutes. Pas facile de penser au positif dans ce moment là je pense !

Je sens qu’on me fait des choses pas clair à mon ventre, je n’ai pas du tout mal mais on me secoue, on appuie sur mon ventre.

On écrase mon ventre. Un homme en vert vient me dire : on appuie un peu sur votre ventre pour faire sortir le bébé…. Euuuuuh monsieur, un peu? on appuie un peu? vous avez vu comment je suis secouée dans tous les sens là? si ça c’est un peu bah j’aimerais bien voir ce que c’est beaucoup !

Et arrive le moment ou j’ai l’impression qu’on m’arrache un bout de moi, je ressens un poids en moins je me dis que c’est mon bébé, que je vais l’entendre et NON, on me l’arrache et on me l’emmène loin, je ne l’entend pas pleurer, je commence à avoir encore très peur. Je demande au monsieur devant moi où est le bébé pourquoi il ne pleure pas. Il me répond tout calmement que la césarienne est violente et brutale pour lui, qu’il faut lui laisser un peu de temps pour arriver sur Terre. Et là…. j’entends un cri, au loin, dans une autre pièce… je demande si c’est lui, si c’est mon bébé. Le même monsieur tente une blague en me disant que ce n’est pas lui donc oui c’est mon bébé.

Je suis soulagée mais je cherche encore et toujours le papa.J’ai toujours autant d’homme et de femme en vert tout autour de moi et 3 nouvelles personnes arrivent. La première personne porte un « petit paquet » et je reconnais entre la charlotte et le masque, les yeux de mon homme ! Ça y est, mon homme est là, et il tient notre fils dans ses bras !

decouverte

Nathan est enfin parmi nous, il est 19h08, mon fils est né et est dans les bras de son popa ! Mes larmes n’arrêtent pas de couler. Ce petit être est en train de me regarder avec ses grands yeux tous noirs. Il a l’air tout petit. Je lui fait un bisou. On me dit qu’on ne peut pas me le laisser parce qu’il fait froid. Je demande combien de temps je vais être séparé de mes hommes… 2h…..ouch, je le savais, mais j’avais l’espoir que pour moi ça ne soit pas si long ! 2h, je vais louper les 2 premières heures de vie de mon bébé et la découverte de papa et son fiston.

Je me fais une raison, c’est comme ça.

Maxime s’éloigne avec l’équipe médicale, je suis confiante et sereine mais maintenant j’ai hâte d’être dans 2h.

Pendant que Maxime assiste aux premiers soins, on me « répare » le ventre, on me dit que c’est une super césarienne, que je n’ai pas saigné ! Cool ! Tout ça prend 30 minutes.

premiers-soins

Youpii plus que 1h30 à attendre. Finalement ça passe assez vite, du moins pas si lentement que ce que je pensais.

On vient me chercher 20 minutes en retard….GRRRR…..j’arrive dans la chambre et je vois mes deux hommes ensemble.

ENFIN ! Notre nouvelle vie commence.

premieres-photos

Nous restons en famille jusqu’à 1h30 du matin. Maxime m’avait prévenu qu’on viendrait chercher Nathan pour que je puisse dormir cette nuit. Sur le moment, je lui répond que non, c’est impossible, on ne m’enlève plus mon fils.

Mais une fois l’excitation passée, la fatigue a pris le dessus et clairement à 1h30 du matin, je n’en pouvais plus de la vie.

Nous sommes donc venu chercher mon tout petit bébé pour que je me repose.

Bon, on doit se reposer entre les visites du personnel qui viennent vérifier que tout va bien pour nous. Un écrasage de ventre toutes les 30 minutes ou 1h, sans péridurale bien entendu…. c’est LE moment le plus difficile de mon accouchement, ça fait vraiment très mal.

Cette nuit est passée très vite, j’avais qu’une hâte, être au lendemain matin et profiter de ma famille !

2 réflexions au sujet de « THE jour J ! »

  1. D après le recit de ton accouchement Milene, tu as été très patiente et très courageuse. Tu as surtout fait confiance au corps médical et ça c est bien. Moi je pense que j aurais paniqué, vu comment leschoses tournaient. Malgré toutes ses souffrances tu dois etre contente de serrer ton petit Nathan dans tes bras.
    Bien venue à Nathan , félicitations au papa et bon rétablissement. a toi Milene.

    Catherine la maman d Aurore et l heureuse mamie de Lilo.

    1. Merci maman d’Aurore ! hihi
      Je suis effectivement plus qu’heureuse d’avoir enfin mon petit bébé dans les bras.
      Pour moi l’accouchement reste ni bon ni mauvais dans mon esprit.
      A bientôt

Les commentaires sont fermés